Neffe Angélique

 

Thèse

Economie des jades dans le Nord-ouest de l’Alaska. Approvisionnement, technologies, utilisations et circulations dans les cultures du néo-esquimau entre la fin du premier millénaire apr. J.C. et le contact avec les occidentaux au XVIIIème siècle.

Sous la direction de Véronique Darras et les tutorats de Claire Alix, Hara Procopiou, Jeff Rasic

 

Résumé

Le jade-néphrite est, après le chert et l’ardoise, la matière première lithique la plus abondante dans les niveaux archéologiques des sites du nord-ouest de l’alaska, datés entre la fin du 1er millénaire de notre ère jusqu’au contact avec les occidentaux au XVIIIème siècle. L’étude des artefacts en jade est donc nécessaire pour bien comprendre la complexité des industries lithiques, essentiellement thuléennes (900-1700 apr. J.-C.) et la nature des interactions socio-économiques au cours de cette période.
Dès l’apparition des pièces en jade, on observe des chaînes opératoires complexes, qui mobilisent différentes techniques (taille, bouchardage, sciage et abrasion) encore mal identifiées. Ces techniques ont permis de produire des objets variés, surtout des outils tels que des herminettes, des ciseaux, des couteaux et des perçoirs.
On observe également des évolutions remarquables, tant dans les quantités d’artefacts et les techniques, que dans les contextes d’utilisation. Le jade-néphrite devient notamment beaucoup plus courant à partir du XVe siècle dans le nord-ouest de l’Alaska, période à laquelle d’autres changements techniques apparaissent, (p.ex. emploi du traîneau tiré par des chiens).
Au niveau de la technologie lithique, le changement majeur serait un peu plus tardif et concerne principalement le polissage des lames : le poli sur les lames des niveaux d’occupations antérieurs est présent uniquement sur leur partie active et devient couvrant qu’après le XVe siècle.

Ce projet doctoral propose de comprendre l’organisation socio-économique des communautés Birnirk et Thuléennes à travers l’étude de l’économie des jades, de façon à mettre en lumière les relations sociales et commerciales entretenues par les deux côtés du détroit de Béring et leur impact sur la culture matérielle des communautés du nord-ouest de l’Alaska. il cherchera aussi à comprendre le sens des évolutions observées dans les contextes d’utilisation de ce matériau. La région du détroit de Béring et le nord-ouest de l’Alaska étant considérés comme le berceau de la culture Thuléenne, les collections archéologiques qui seront étudiées proviendront des sites de la région du détroit de Béring, de la péninsule Seward, de la région de la vallée du fleuve Kobuk, et de la chaîne de brooks, jusqu’à la pointe barrow située dans l’extrême nord de l’alaska.

Cursus universitaire


2012  : inscription en doctorat d’archéologie à l’ecole doctorale d’archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne et à l’UMR 8096 ArchAm.

2012 : Master 2 recherche d’archéologie pré et protohistorique (spécialité : archéologie de l’arctique) - Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

2011  : Master 1 recherche d’archéologie pré et protohistorique (spécialité : archéologie de l’arctique) - Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2010 : Licence d’archéologie et d’histoire de l’art - Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Location Groups