Mahé Céline

 

Thèse

La lune, les mythes et l’organisation du monde andin à travers l’iconographie Chimú (900 -1470 apr. J.-C., côte nord du Pérou).

Sous la direction de Stephen ROSTAIN

Résumé

La culture Chimú s’est épanouie sur la côte nord du Pérou durant l’Intermédiaire Récent. Hérité d’une longue tradition iconographique, le style Chimú se caractérise par la présence d’un personnage coiffé d’une demi-lune. La Lune fut de tout temps vénérée par les peuples côtiers et les Chimús en firent leur divinité principale, plus puissante que le soleil, car elle apparait à la fois le jour et la nuit. La déesse Lune, Si, revêtait aussi une grande importance pour les Chimús car ils lui associaient certains éléments naturels : elle influence les marées, la croissance des végétaux et ses lunaisons servent à marquer le temps qui passe. Cette thèse repose sur une approche à la fois archéologique, iconographique et anthropologique en s’attaquant aux mythes, un domaine complexe des croyances religieuses des Andes.

Cursus universitaire

Depuis 2012 : Doctorat d’Archéologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Ecole doctorale 112, UMR 8096 « Archéologie des Amériques ».

2010-2012 : Master 2 Recherche en Archéologie pré et protohistorique (spécialité Archéologie des Amériques), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2009-2010 : Master 1 Recherche en Archéologie pré et protohistorique (spécialité Archéologie des Amériques), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2006-2009 : Licence Histoire de l’art et Archéologie (Pôle Universitaire Pierre-Jakez Hélias, Université de Bretagne Occidentale, Quimper).

Groups