Couvreur Aurélie

Fonction et affiliation

Régisseuse d’œuvres d’art ; chargée de travaux dirigés « Histoire générale de l’art : Amérique » à l’Ecole du Louvre

Champs de compétence

ethnohistoire, histoire de l’art et histoire des religions ; spécialiste de l’iconographie du Mexique ancien, en particulier de la culture de Teotihuacan et du monde aztèque.

Recherches en cours

Les relations entre l’environnement naturel et les divinités au Mexique central ancien.

Curriculum vitae

Historienne de l’art et des religions formée à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Ecole pratique des hautes études de Paris, Aurélie Couvreur est titulaire d’un doctorat en Histoire de l’Art et Archéologie obtenu à l’Université Libre de Bruxelles (2004) sous la direction de Michel Graulich. Financée par le Fonds national pour la recherche scientifique (Belgique), sa thèse porte sur la religion de Teotihuacan, en particulier sur l’iconographie et le symbolisme de ses divinités.

Depuis 2009, elle est membre du « Laboratoire Archéologie des Amériques » et donne, depuis 2006, des travaux dirigés en art précolombien à l’Ecole du Louvre de Paris. Particulièrement impliquée dans les questions de diffusion de l’histoire de l’art et de conservation du patrimoine culturel, elle a occupé des postes de régisseuse d’œuvres d’art et de coordinatrice de projets au Musée du quai Branly, au Musée du Louvre, à l’ICOMOS (Conseil international des monuments et sites), et elle travaille actuellement au Centre Pompidou.

Parallèlement, elle poursuit ses recherches sur les relations entre environnement naturel et panthéon au Mexique central. Dernièrement ses recherches ont porté sur le Tlaloc de Teotihuacan, sur les relations entre la chauve-souris et certaines divinités aztèques ainsi que sur le symbolisme de l’agave chez les anciens nahuas. En 2009, elle a également co-organisé, avec Elodie Dupey Garcia, une table ronde dans le cadre du 53e Congrès international des Américanistes (Mexico), portant sur le thème de "L'environnement en Mésoamérique: perception et appropriation symbolique".

Bibliographie récente sélective

Sous press “Entre sceptres divins et instruments de musique cérémoniels : Le symbolisme des bâtons de sonnailles aztèques”. In Sur les traces du serpent à plumes. Hommage à Michel Graulich, éds. G. Olivier, N. Ragot, S. Peperstraete. Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris.

2005 « El carácter guerrero de Tláloc en Teotihuacan ». In War and Conflicts in Prehispanic Mesoamerica and the Andes, éds. P. Eeckhout et G. Le Fort, Oxford, BAR International Series, pp. 9-27.

200 « La description du Grand Temple de Mexicg par Bernardino de Sahagún (Codlx de Florence, annexe du livre 2) », Journal de la Société des Américanistes (88):9-46. Disponible en ligne : http://jsa.revues.org/index2742.html